En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Education Musicale

Education musicale et chant choral : Bienvenue!

Par Admin A. de Lamartine, publié le mardi 24 septembre 2013 15:50 - Mis à jour le jeudi 6 mai 2021 13:40
unnamed.png
Faisant appel aux autres matières, l'éducation musicale aborde des sujets de manière transversale, sur plus de mille ans de musique, savante et traditionnelle. La chorale permet d'approfondir la pratique du chant en dehors de la classe.

L’éducation musicale

C’est l’une des matières du collège les plus transversales. En effet, elle permet de faire du lien avec :

  • les lettres et les langues anciennes, étrangères ou traditionnelles : depuis toujours la musique chantée se fait à de quelques exceptions près se fait sur des paroles, et, au cours des années de collège, l’élève est invité à chanter en français mais aussi en anglais, espagnol, latin, gascon et quelques langues africaines.
  • L’histoire : s’intéresser à un style ou un genre musical, c’est aussi le découvrir dans l’histoire et selon le cas, découvrir son évolution à travers l’histoire. On ne peut parler de gospel ou des musiques cubaines sans évoquer le commerce triangulaire notamment au XVIIIe siècle, et l’histoire de l’esclavagisme.

  • La géographie : de même ce que l’on appelle les musiques du monde sont abordées. Bien sûr, il est impossible d’être exhaustif, mais on ne peut éviter cette matière, certaines pratiques musicales ou certains instruments étant intrinsèquement liés à leur lieu de pratique, comme le yodel (alpin, mais aussi pygmée et chinois), le katajjaq (jeu vocal esquimau), l’oud, version du proche orient du luth européen, le clari de Bigorre, petit hautbois d’une seule pièce, la boha des Landes, différente de la cornemuse bretonne ou de la uilleann pipe irlandaise.

  

   

   

  • Les arts plastiques : que seraient l’opéra sans eux, au travers des décors et costumes. Que penser aussi de l’absence des rosaces de luths ?

  • L’éducation physique et sportive : que serait la danse sans musique ? Certains sujets sur la danse seront abordés au cours de la scolarité, avec, si possible, petite pratique.

  • La pratique des percussions corporelles fera aussi appel à la coordination des mouvements des différents membres du corps.
  • Les sciences naturelles : il est impossible d’évoquer la voix, comment s’en servir pour chanter sans la fatiguer, sans parler de sa physiologie, et donc de toucher à cette matière. Les risques auditifs sont aussi abordés en classe.
  • Les sciences physiques : elles entrent en jeu lorsque l’on parle de la facture instrumentale, des matériaux utilisés pour différents instruments et de leur forme, liés aux différents timbres instrumentaux. Il arrive que l’on évoque des questions d’acoustique en classe mais ce sont des notions assez complexes pour le niveau collège.
  • Les mathématiques entrent aussi en jeu dans les questions de rapport et de subdivisions, qui interviennent surtout au niveau du rythme. Nous rejoignons ici la pratique des percussions, bien évidemment, mais pas uniquement.
  • La technologie : avec notamment l’utilité des ordinateurs pour créer des pièces de musique concrète par le biais de logiciels spécifiques.
  • L’éducation morale et civique : l’élève apprend à reconnaître que chaque partie plus ou moins petite de monde a sa propre culture, références culturelles et musicales, même si elles peuvent nous paraître bizarre et à les accepter et respecter.

Le cours d’éducation musicale : il est basé sur deux aspects : perception et création.

  • La perception apporte des éléments de culture et requiert souvent beaucoup de maîtrise de soi de la part de l’élève car il lui faut écouter pour remarquer et comprendre. C’est une compétence qui se développe et s’enrichit au fur et à mesure du parcours musical de l’élève. Cette partie du cours lui donne des éléments qui élargiront sa culture générale.
  • La partie création s’appuie sur la partie perception : mieux l’élève a compris le fonctionnement d’un exemple musical donné comme modèle, mieux il pourra créer, soit « à la manière de », soit en proposant des variantes selon sa propre sensibilité. La partie création peut aussi n’être « que » l’interprétation d’une chanson illustrant la partie perception, ou d’une séquence de percussion. En tous les cas, elle est directement en lien avec les éléments de culture musicale abordés en première partie de cours.

L’activité chorale

Elle se passe en dehors des cours, une heure par semaine, et permet à l’élève

  • d'approfondir sa technique vocale
  • d'élargir son répertoire de chants autour d’une thématique
  • d’envisager de chanter dans davantage de langues
  • de développer sa capacité à chanter en harmonie (2 ou 3 voix) avec les autres
  • de se produire en concert, le plus souvent en fin d’année, lorsque c’est possible
  • de développer sa maîtrise de soi au niveau du trac
  • de participer éventuellement à des projets de grande envergure avec d'autres établissements

La participation à la chorale est un engagement sur l’année et peut déboucher sur une note orale du DNB à la fin de la 3e, lorsque les conditions le permettent, pour les élèves qui choisissent cette activité comme option du brevet.

Toulouse. Concert de clotûre du parcours jazz au collège.
Toulouse. Concert de clotûre du parcours jazz au collège.

Pour finir, une vidéo d'élèves du collège interprétant des éléments de percussion corporelle:
 

Vidéo : monsieur Barrié, professeur d'anglais.

Pièces jointes

À télécharger

 / 1